[Article 13-1] Islam, entre mythes et réalité : « La Shariah est barbare !»

[Article 13-1] Islam, entre mythes et réalité : « La Shariah est barbare !»

بسم الله الرحمن الرحيم

« La Shariah est barbare !»

La première accusation qui revient assez souvent, consiste à dire que la loi islamique avec ses punitions et ses restrictions est barbare. Analysons de plus près ce que signifie vraiment la shariah, les intérêts et les solutions qu’elle apporte et sa comparaison avec les systèmes en place actuellement.


Illustration 1: La shariah

Définition de la Shariah :

  • En langue arabe, shariah signifie le chemin vers l’eau ou la source d’eau
  • Dans le contexte islamique, cela fait référence à la religion islamique dans son entièreté et à ses lois.
    On peut ainsi déjà comprendre que, l’eau étant vital à la vie, la shariah est elle, vitale à l’être humain.

ثُمَّ جَعَلْنَاكَ عَلَىٰ شَرِيعَةٍ مِّنَ الْأَمْرِ فَاتَّبِعْهَا وَلَا تَتَّبِعْ أَهْوَاءَ الَّذِينَ لَا يَعْلَمُونَ

Puis Nous t’avons mis sur la voie de l’Ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pasi﴿



Disponible sur Google Play

Il faut savoir que la Shariah comporte des intérêts de nécessité absolue, les savants résument cela de la manière suivanteii:

  1. La préservation de la religion dans son aspect interne et externe. Cette préservation comporte deux volets :
  • La conservation : Allah maintient et conserve la religion à travers la foi en Lui, aux Anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour Dernier et au Destin – foi qu’Il a imposé à Ses serviteurs et à travers les devoirs qu’ils doivent accomplir.
  • La suppression : Allah a interdit le polythéisme et les voies qui y mènent. Il a imposé de faire face à ceux qui s’opposent à Sa cause afin de repousser ce qui affaiblit la religion ou l’annihile.

2. La préservation de la vie. Elle présente deux aspects :

  • La conservation : Allah a autorisé les bonnes choses, a ordonné de boire et manger, de nourrir femme et enfants, et a imposé en cas de nécessité de manger la bête morte, tout cela dans le but de maintenir la vie et de la conserver.
  • La suppression : Allah a interdit le meurtre, l’atteinte à la vie et tout ce qui lui porte préjudice et a ordonné de punir le meurtrier afin de repousser ce qui porte préjudice à la vie ou y met fin.

3. La préservation de la raison :

  • La conservation : Allah a ordonné l’apprentissage et l’utilisation de la raison pour réfléchir et méditer.
  • La suppression : Allah a prohibé les produits enivrants et tout ce qui fait perdre la raison.

4. La préservation de la filiation :

  • La conservation : Allah a institué le mariage, y a incité, a ordonné de respecter les droits conjugaux, a encouragé à faire des enfants, à se marier jeune, tout cela dans le but de maintenir et de conserver la filiation.
  • La suppression : Allah a interdit la fornication, les voies qui y mènent et ses prémices, et a réservé une punition au fornicateur afin d’écarter ce qui porte atteinte à la filiation ou l’annihile.

5. La préservation des biens :

  • La conservation : Allah a ordonné de préserver les biens, a incité à dépenser dans le bien et a autorisé l’acquisition licite, tout cela afin de préserver et protéger les biens.
  • La suppression : Allah a prohibé le vol et réserve une punition au voleur, a interdit de confier la gestion financière aux faibles d’esprit, de gaspiller et de dilapider les biens, afin d’écarter ce qui diminue la richesse.

Ces objectifs de la loi islamique s’appliquent à tout le monde et ne sont pas restreints aux musulmans. C’est-à-dire, que la shariah a pour but de préserver la vie, les biens, l’honneur des hommes et de femmes, peu importe leur religion, leur statut, leurs couleurs de peau, leur origines, leurs langues…etc.
La shariah est mis en place pour que justice soit faite aux hommes et aux femmes sans aucune distinction. La shariah est là pour préserver les femmes de tout types d’harcèlements, les enfants de tout types d’abus qui pourraient les toucher. La shariah est en place pour s’assurer que les pauvres ont de quoi se nourrir, se vêtir et se loger.
Aucun être humain doué de raison, ne prétendra que les objectifs et les intérêts de la shariah sont mauvais pour l’être humain et la société en général.

 Les sociétés modernes et développées d’aujourd’hui qui ont en leur possession toutes les armes mortelles et sophistiquées, la technologie pour la surveillance de masse et la collecte de données intensive, dans le but de contrôler les crimes et traquer les criminels, n’arrivent pas à ralentir l’accroissement des crimesiii. On s’aperçoit qu’un système qui se base uniquement sur ce type de dissuasion : du haut vers le bas, de la plus grande échelle à la plus petite ; de l’état à l’individu, ne fonctionne pas ou peu. Cela n’est pas une solution pérenne et ne résout pas le problème à sa source, le problème est juste maquillé et ce sont les conséquences qui sont réparées et non les causes.


Illustration 2: Pourcentage de prisonniers qui se font arrêter depuis leur mise en liberté aux USA (2005-2014)


Illustration 3: Part des récidivistes et réitérants en France (2001-2011)

 

Malgré l’application de leur peines, le taux récidivistes reste élevé, et cela ne change pas même si on passe d’un continent à l’autre. Pourquoi recommencent-ils leurs crimes alors que ces peines sont sensées être les plus adaptés et les plus humaines ? Est-il normal que dans un système « juste » et « moderne », un criminel qui viole une soixantaine d’enfants, n’a comme peine, qu’une seule année de prisoniv ? Où encore, dans ce même système, où un terroriste qui massacre 77 personnes (majoritairement des adolescents) est condamné à 21 ans de prisonv. La liste est malheureusement très longue…

Mieux vaut prévenir que guérir. L’Islam met en place un cadre afin d’anticiper les délits et les crimes pour préserver les cinq points vus dans le point . La religion islamique propose une alternative plus adaptée et plus juste aux êtres humains, permettant ainsi de corriger les causes afin de limiter les conséquences. En Islam, l’individu doit commencer par se rectifier soi-même, puis sa famille, ses amis, son entourage…etc. On est donc dans un système qui part du bas vers le haut, de l’individu vers l’état ; la société musulmane stable est construite en partant de ses constituants qui formeront ainsi une fondation solide et durable pour l’édification d’une société noble et sûre, contrairement aux autres systèmes en place aujourd’hui.

Nous sommes les descendants d’Adam, nous commettons des erreurs et des péchés, cela fait partie de la nature des êtres humainsvi, mais l’Islam avance des solutions pour, dans un premier temps reconnaître un péché en tant que tel et surtout pour nous repentir à Allah et purifier notre âme de nos péchés. Effectivement, l’être vivant est constitué d’un corps et d’une âme, cependant, nous passons une grande partie de notre temps à nous occuper de la beauté et de la bonne santé de notre corps et négligeons totalement notre âme ; nous ne prêtons pas attention à la santé de l’âme ou aux souillures qui pourraient la dégrader. Une âme perverse conduira à des actions pervers aussi beau que soit le corps qui l’abritevii.

L’Islam détaille minutieusement les différents types de péchés, en partant des péchés mineurs aux péchés majeurs qui peuvent faire sortir une personne du cercle de l’Islam. De ce fait, si une personne meurt sans se repentir, ses péchés pourront être une cause de châtiment le Jour du jugement :

وَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ شَرًّا يَرَهُ

et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra.﴿viii

Le Jour du jugement, Allah pèsera nos bonnes œuvres et nos péchés, celui dont la balance des péchés sera plus lourde que les bonnes actions, encoure le châtiment de l’Enfer :

وَأَمَّا مَنْ خَفَّتْ مَوَازِينُهُ ۝ فَأُمُّهُ هَاوِيَةٌ ۝ وَمَا أَدْرَاكَ مَا هِيَهْ ۝ نَارٌ حَامِيَةٌ

et quant à celui dont la balance (des bonnes actions) sera légère, sa mère [destination] est un abîme très profond. Et qui te dira ce que c’est? C’est un Feu ardent.﴿ix

L’homme peut échapper à la justice de ce bas-monde mais ne peut pas échapper à la justice d’Allah, l’Omniscient, l’Omnipotent.

De plus, dans un hadith le Messager d’Allah nous indique que les péchés affectent négativement notre cœur, c’est-à-dire qu’ils souillent notre âme :

« ‏ إِنَّ الْعَبْدَ إِذَا أَخْطَأَ خَطِيئَةً نُكِتَتْ فِي قَلْبِهِ نُكْتَةٌ سَوْدَاءُ فَإِذَا هُوَ نَزَعَ وَاسْتَغْفَرَ وَتَابَ سُقِلَ قَلْبُهُ وَإِنْ عَادَ زِيدَ فِيهَا حَتَّى تَعْلُوَ قَلْبَهُ وَهُوَ الرَّانُ الَّذِي ذَكَرَ اللَّهُ ‏:‏ ‏(كلاَّ بَلْ رَانَ عَلَى قُلُوبِهِمْ مَا كَانُوا يَكْسِبُونَ)‏ ‏ »‏

« Lorsque le croyant commet un péché, on inscrit un point noir dans son cœur. S’il se repent, cesse, et implore le pardon, son cœur est poli [de ce point], mais s’il persiste, cela continue jusqu’à recouvrir tout son cœur. C’est là la rouille mentionnée par Allah :

Pas du tout, mais ce qu’ils ont accompli couvre leurs cœurs.﴿»x

Par conséquent, l’Islam donne une grande importance à la purification de l’âme et la correction de soi-même et cela via nos actes d’adorations, notre demande de pardon à Allah et notre repentir. La purification de l’âme entraîne la rectification de notre cœur et de nos actions. Le Prophète a dit :

أَرَأَيْتُمْ لَوْ أَنَّ نَهَرًا بِبَابِ أَحَدِكُمْ، يَغْتَسِلُ فِيهِ كُلَّ يَوْمٍ خَمْسًا، مَا تَقُولُ ذَلِكَ يُبْقِي مِنْ دَرَنِهِ ‏« ‏‏.‏ قَالُوا لاَ يُبْقِي مِنْ دَرَنِهِ شَيْئًا‏.‏ قَالَ ‏« ‏ فَذَلِكَ مِثْلُ الصَّلَوَاتِ الْخَمْسِ، يَمْحُو اللَّهُ بِهَا الْخَطَايَا

« Voyez-vous si l’un de vous avait devant sa porte un fleuve et qu’il s’y baigne cinq fois par jour, resterait-il une quelconque saleté? ». Ils ont dit: Il ne va rester aucune saleté.
Le Prophète a dit alors: « Ceci est l’exemple des cinq prières par lesquelles Allah efface les péchés ».xi
Il y a énormément de ahadiths à ce sujet. Citons encore quelques exemples:

الجمعة كفارة لما بينها وبين الجمعة التي تليها

« La Jumu’a est une expiation de ce qu’il y a entre elle et la jumu’a suivante »xii

العمرة إلى العمرة كفارة لما بينهما

« La ‘omra jusqu’à la ‘omra est une expiation de ce qu’il y a entre les deux »xiii

سَمِعْت رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه و سلم يَقُولُ: قَالَ اللَّهُ تَعَالَى: « يَا ابْنَ آدَمَ! إِنَّكَ مَا دَعَوْتنِي وَرَجَوْتنِي غَفَرْتُ لَك عَلَى مَا كَانَ مِنْك وَلَا أُبَالِي، يَا ابْنَ آدَمَ! لَوْ بَلَغَتْ ذُنُوبُك عَنَانَ السَّمَاءِ ثُمَّ اسْتَغْفَرْتنِي غَفَرْتُ لَك، يَا ابْنَ آدَمَ! إنَّك لَوْ أتَيْتنِي بِقُرَابِ الْأَرْضِ خَطَايَا ثُمَّ لَقِيتنِي لَا تُشْرِكُ بِي شَيْئًا لَأَتَيْتُك بِقُرَابِهَا مَغْفِرَةً » 

Le Messager d’Allah a dit : « Allah le Très Haut a dit : « Ô fils d’Adam ! Tant que tu M’invoqueras et espéreras en Moi, Je te pardonnerai tes péchés, sans M’en soucier. Ô fils d’Adam ! Si tes péchés atteignaient les limites du ciel et qu’ensuite tu implores Mon pardon, Je te pardonnerai. Ô fils d’Adam ! Si tu venais à Moi en ayant couvert la terre de tes péchés, puis que tu Me rencontres sans rien m’avoir associé, Je te donnerai de quoi la couvrir de pardon. » »xiv

الصدقة تطفئ الخطيئة كما يطفئ الماء النار

« L’aumône éteint les péchés comme l’eau éteint le feu »xv

De même, l’Islam donne une grande importance aux bonnes actions, aussi infimes soient-elles :

فَمَن يَعْمَلْ مِثْقَالَ ذَرَّةٍ خَيْرًا يَرَهُ

Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra,﴿xvi

« ‏ لا يُؤْمِنُ أَحَدُكُمْ حَتَّى يُحِبَّ لأَخِيهِ مَا يُحِبُّ لِنَفْسِهِ ‏« 

« Aucun de vous ne sera croyant jusqu’à ce qu’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui même »xvii

عن أبي موسى رضي الله عنه قال‏:‏ قلت‏:‏ يا رسول الله أي المسلمين أفضل‏؟‏ قال‏:‏ ‏ « من سلم المسلمون من لسانه ويده« 

Abu Moussa rapporte avoir demandé au Messager d’Allah  : « Ô Messager d’Allah ! Qui est le meilleur musulman ? ». Il lui répondit : « Celui qui épargne aux musulmans les méfaits de sa langue et de sa main. »xviii

كُلُّ مَعْرُوفٍ صَدَقَةٌ

« Tout acte de bienfaisance est une aumône».xix

Les ahadiths incitant les musulmans à accomplir les bonnes actions sont nombreux, la Louange toute entière, appartient à Allah. Il y a une récompense pour une bonne action effectuée pour tout être vivant, y compris la bonté envers les animaux :

قَالُوا يَا رَسُولَ اللَّهِ وَإِنَّ لَنَا فِي الْبَهَائِمِ لأَجْرًا فَقَالَ ‏« فِي كُلِّ ذَاتِ كَبِدٍ رَطْبَةٍ أَجْرٌ 

Les gens demandèrent : « Ô Messager d’Allah, aurons-nous une récompense pour ce que nous ferons pour les animaux ? Il répondit  : « Il y aura une récompense, pour le bien fait à tout être vivant. »xx


Illustration 4: L’édification d’une société musulmane

L’Islam met en place un cadre permettant à l’individu de reconnaître ses erreurs, se rectifier et devenir meilleur. Cependant, si malgré cela, une personne commet un crime, la shariah intervient avec des lois en place afin de punir les malfaiteurs et les criminels et d’assurer la stabilité et la sécurité de la société.

Comme tout autre code juridique la Shariah possède des lois qui appliquent des punitions pour les criminels. Pour comprendre ces lois, il faut se pencher sur l’efficacité de ces lois à assurer une vie paisible et stable d’une société et protéger les valeurs morales de ses habitants. Mais aussi, un système doit être considéré dans sa totalité, de ce fait, pour comprendre la dureté de ces lois, il faut prendre en compte la gravité du crime et la sévérité de la punition qui est dictée. Il serait injuste d’isoler uniquement la peine et de la critiquer en la sortant de son contexte.xxi

Les punitions qui sont souvent critiquées sont la peine de mort pour le meurtrier, la lapidation pour l’homme ou la femme mariée qui a commis l’adultère ou le fait de couper la main du voleur. Ces punitions ne sont appliquées uniquement si un certains nombre de conditions sont réunies et non dans un cas de doute ou de suspicion sans preuves. On peut aussi remarquer dans la longue histoire de l’Islam, les punitions comme la lapidation du fornicateur marié ou l’amputation de la main du voleur ont été appliquées que pour quelques cas, non pas parce que ces punitions ne sont pas efficaces mais bien grâce à la stabilité et la sécurité apportées par ces punitions strictes.

    • La peine de mort pour le meurtrier

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا كُتِبَ عَلَيْكُمُ الْقِصَاصُ فِي الْقَتْلَى ۖ الْحُرُّ بِالْحُرِّ وَالْعَبْدُ بِالْعَبْدِ وَالْأُنثَىٰ بِالْأُنثَىٰ ۚ فَمَنْ عُفِيَ لَهُ مِنْ أَخِيهِ شَيْءٌ فَاتِّبَاعٌ بِالْمَعْرُوفِ وَأَدَاءٌ إِلَيْهِ بِإِحْسَانٍ ۗ ذَٰلِكَ تَخْفِيفٌ مِّن رَّبِّكُمْ وَرَحْمَةٌ ۗ فَمَنِ اعْتَدَىٰ بَعْدَ ذَٰلِكَ فَلَهُ عَذَابٌ أَلِيمٌ

O les croyants! On vous a prescrit le talion au sujet des tués: homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme. Mais celui à qui son frère aura pardonné en quelque façon doit faire face à une requête convenable et doit payer des dommages de bonne grâce. Ceci est un allègement de la part de votre Seigneur, et une miséricorde. Donc, quiconque après cela transgresse, aura un châtiment douloureux.﴿xxii

وَمَنْ قُتِلَ لَهُ قَتِيلٌ فَهْوَ بِخَيْرِ النَّظَرَيْنِ إِمَّا يُودَى وَإِمَّا يُقَادُ 

«Toute personne dont un proche a été tué a le choix entre deux options : soit elle exige la peine de mort, soit elle accepte le prix du sang».xxiii

Dans la loi islamique, pour celui qui tue délibérément un innocent (homicide volontaire injustifié), la famille de la victime a donc deux choixxxiv:

  1. Condamner à mort le meurtrier
  2. Accepter le prix du sang, qui doit être donné par le meurtrier

Le coupable doit être majeur pour que la loi du talion soit effectuée.

Bien évidemment, il y a tout un système judiciaire qui est mis en place, avec un juge, des preuves, des témoins…etc. La famille de la victime ne peut pas se faire justice soi-même.

De ce fait, la peine de mort n’est pas automatique, elle contient des conditions ; elle se fait avec l’établissement des preuves et l’accord de la famille de la victime. Allah parle de l’intérêt de ce jugement :

وَلَكُمْ فِي الْقِصَاصِ حَيَاةٌ يَا أُولِي الْأَلْبَابِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

C’est dans le talion que vous aurez la préservation de la vie, ô vous doués d’intelligence, ainsi atteindrez-vous la piété.﴿xxv

Il y a donc la préservation de la vie dans le fait de condamner à mort le meurtrier, la préservation de la vie, qui est un des intérêts de la shariah. Comment peut-il y avoir préservation de la vie dans le fait de condamner à mort quelqu’un ? demanderons certains. Effectivement, la peine de mort permet de préserver la vie :

    • Cela ferme la porte aux récidivistes qui prennent ce crime à la légère. En effet, les prisons, sont souvent un endroit où les criminels s’endurcissent durant leur emprisonnement. C’est un endroit où se réunissent les tueurs, voleurs, violeurs et malheureusement la plupart du temps, une fois sorti, ils ont acquis plus de compétences et ont tendance à récidiver.
    • Il y a préservation de la vie car avant de commettre un meurtre, l’individu réfléchira aux conséquences que cela peut avoir : s’il est arrêté, ce n’est pas quelques années de prison qu’il devra supporter mais il encoure la peine de mort. Cette peine a donc une force de dissuasion très élevée : mieux vaut prévenir que guérir.
    • Supposons qu’un système judiciaire donne quelques années de prison à un tueur, et cela en désaccord avec les familles des victimes qui réclamaient une peine plus dure. Cela va pousser les membres de la famille des victimes à se faire justice soi-même. C’est donc une cause d’instabilité dans la famille et dans la société en général. C’est aussi une des raisons pour lesquelles un individu lambda devient un criminel et mène une vie dans la criminalité et donc soit la cause d’une plus grande perte de vies et de biens dans la société.

D’autant plus que l’on inflige uniquement au meurtrier ce qu’il a infligé à sa victime innocente. Est-ce que ce criminel a eu une quelconque pitié pour l’innocent qu’il a tué ? A-t-il réfléchi aux douleurs qu’il allait causer à la famille de la victime, une douleur qu’ils devront supporter jusqu’aux restant de leur jours ? Où encore à l’instabilité et la peur qu’il répandrait au sein de la société ?

  • La peine de la lapidation pour le fornicateur marié

وَعَنْ عُمَرَ بْنِ اَلْخَطَّابِ ‏رضى الله عنه ‏– { أَنَّهُ خَطَبَ فَقَالَ: إِنَّ اَللَّهَ بَعَثَ مُحَمَّدًا بِالْحَقِّ, وَأَنْزَلَ عَلَيْهِ اَلْكِتَابَ, فَكَانَ فِيمَا أَنْزَلَ اَللَّهُ عَلَيْهِ آيَةُ اَلرَّجْمِ.‏ قَرَأْنَاهَا وَوَعَيْنَاهَا وَعَقَلْنَاهَا, فَرَجَمَ رَسُولُ اَللَّهِ ‏صلى الله عليه وسلم ‏وَرَجَمْنَا بَعْدَهُ, فَأَخْشَى إِنْ طَالَ بِالنَّاسِ زَمَانٌ أَنْ يَقُولَ قَائِلٌ: مَا نَجِدُ اَلرَّجْمَ فِي كِتَابِ اَللَّهِ, فَيَضِلُّوا 1بِتَرْكِ فَرِيضَةٍ أَنْزَلَهَا اَللَّهُ, وَإِنَّ اَلرَّجْمَ حَقٌّ فِي كِتَابِ اَللَّهِ عَلَى مَنْ زَنَى, إِذَا أُحْصِنَ مِنْ اَلرِّجَالِ وَالنِّسَاءِ, إِذَا قَامَتْ اَلْبَيِّنَةُ, أَوْ كَانَ اَلْحَبَلُ, أَوْ اَلِاعْتِرَافُ

On rapporte que Umar ibn Al-Khattâb a prononcé un sermon en disant : « Allah a envoyé Muhammad avec la Vérité et lui a révélé le Livre. Et dans ce qu’Allah a révélé, il y a le verset de la lapidation à mort que nous avons appris, compris et maîtrisé. Le Messager d’Allah a lapidé en conséquence, nous avons lapidé après lui. Je crains qu’au fur et à mesure que le temps passe, les gens (oublient) et que certains disent : « Nous ne trouvons pas la lapidation à mort dans le Livre d’Allah ». Par conséquent ils s’égarent en délaissant une obligation décrétée par Allah. La lapidation à mort est une sentence prescrite dans le Livre d’Allah le Très Haut, sentence que l’on doit appliquer à l’encontre de celui qui commet l’adultère. S’il est marié, qu’il soit un homme ou une femme, par la preuve ou la gestation ou la reconnaissance des faits (confession). »xxvi

وَالَّذِينَ يَرْمُونَ الْمُحْصَنَاتِ ثُمَّ لَمْ يَأْتُوا بِأَرْبَعَةِ شُهَدَاءَ

Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins﴿xxvii

La shariah donne comme punition, pour l’homme ou la femme mariée qui commet l’adultère, la lapidation à mort. Cette punition est réalisée uniquement si les preuves sont présentes via un des deux moyensxxviii :

    1. Quatre témoins justes qui ont vu l’acte sexuel : témoins oculaires
    2. Confession de celui qui a commis l’adultère (à quatre reprises)

Concernant les quatre témoins, il doivent être connus pour leur véracité et réputés pour leur droiture et ils doivent voir l’acte sexuel. De simples soupçons ne peuvent pas être tenus en compte, de même si un des quatre témoins représente des faiblesses, la preuve est rejetée. De ce fait, ce premier moyen d’établissement de preuve est très réduit et on s’aperçoit donc que le moyen le plus utilisé est donc la confession : la personne ayant commis l’adultère vient d’elle même reconnaître son crime et demande la punition. En effet, les cas d’adultère qui ont eu lieu durant l’époque du Prophète étaient des confessions : Mâ’iz et Al-Ghamidiyyâh.xxix Pourquoi une personne sensée demanderait d’elle-même une punition aussi dure ? Pour subir le châtiment de ce bas-monde afin d’être pardonné de ses péchés et d’être sauvé du châtiment dans l’au-delà, qui est bien plus dur :

وَلَعَذَابُ الْآخِرَةِ أَكْبَرُ ۚ لَوْ كَانُوا يَعْلَمُونَ

et le châtiment de l’au-delà est plus grand encore, si seulement ils savaient!﴿xxx

Par la suite, lorsqu’une personne vient confesser son crime au juge musulman, la première chose que le juge lui demande, est de se désavouer de sa confession. En faisant cela, le juge suit la Sunnah du Prophète qui avait renvoyé Mâ’iz et Al-Ghâmidiyyahxxxi, afin de leur laisser du temps pour méditer et réfléchir et qu’ils se repentent à Allah. Le juge fera de même en renvoyant la personne pour lui laisser le temps pour réfléchir et retirer sa confession. Le but de la shariah n’est pas d’ôter les vies des gens mais de la préserver. Cependant, si la personne persiste et demande d’elle-même le châtiment afin de se purifier de son péché, le juge n’a pas de choix que de donner ce qu’il demande. J’aimerai ajouter que la personne a jusqu’à l’exécution de la punition pour se retirer, si elle change d’avis même au dernier moment, le système judiciaire islamique lui permettra cela et la punition ne sera pas appliquée.

Cette loi est présente afin de préserver les vies, la filiation et les bonnes valeurs morales des hommes et des femmes dans la société. En effet, une personne mariée s’engage à rester fidèle et ne pas tromper son époux (ou épouse). Lorsque celle-ci commet l’adultère, elle commet un acte de trahison. Mais aussi, lorsque les relations extra-conjugales sont répandus dans la société, les maladies sexuellement transmissibles se répandent de même : plus une personne a de partenaires sexuels plus les maladies sexuellement transmissibles augmententxxxii. Lorsque l’infidélité est introduite au sein de la famille, ceci est la cause de violences conjugales, de divorces et encore plus d’infidélités : c’est une cause de destruction de la famille. En outre, la préservation de la généalogie est primordiale en Islam, à cause de l’adultère, des enfants naissent sans connaître leur père biologiquexxxiii.

L’adultère est source d’instabilité au sein du couple, donc au sein de la famille et cela affecte donc la stabilité de la société. Une société qui se construit sur la débauche, le mensonge et l’infidélité ne peut pas être stable.


Illustration 5: La shariah préserve la stabilité de la famille

Cette loi sert donc de dissuasion pour toute personne mariée qui réfléchirai à commettre l’adultère et force ainsi cette personne à contrôler et calmer ses pulsions afin de préserver le couple.

Par ailleurs, les personnes qui osent critiquer la loi islamique, devraient s’intéresser aux textes des autres religions, dans la Thorah, la punition de l’adultère est la même que dans la loi islamique :

أَنَّ عَبْدَ اللَّهِ بْنَ عُمَرَ، أَخْبَرَهُ أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم أُتِيَ بِيَهُودِيٍّ وَيَهُودِيَّةٍ قَدْ زَنَيَا فَانْطَلَقَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم حَتَّى جَاءَ يَهُودَ فَقَالَ« ‏ مَا تَجِدُونَ فِي التَّوْرَاةِ عَلَى مَنْ زَنَى ‏« ‏ ‏.‏ قَالُوا نُسَوِّدُ وُجُوهَهُمَا وَنُحَمِّلُهُمَا وَنُخَالِفُ بَيْنَ وُجُوهِهِمَا وَيُطَافُ بِهِمَا ‏.‏ قَالَ« ‏ فَأْتُوا بِالتَّوْرَاةِ إِنْ كُنْتُمْ صَادِقِينَ ‏« ‏ ‏.‏ فَجَاءُوا بِهَا فَقَرَءُوهَا حَتَّى إِذَا مَرُّوا بِآيَةِ الرَّجْمِ وَضَعَ الْفَتَى الَّذِي يَقْرَأُ يَدَهُ عَلَى آيَةِ الرَّجْمِ وَقَرَأَ مَا بَيْنَ يَدَيْهَا وَمَا وَرَاءَهَا فَقَالَ لَهُ عَبْدُ اللَّهِ بْنُ سَلاَمٍ وَهْوَ مَعَ رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم مُرْهُ فَلْيَرْفَعْ يَدَهُ فَرَفَعَهَا فَإِذَا تَحْتَهَا آيَةُ الرَّجْمِ فَأَمَرَ بِهِمَا رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَرُجِمَا ‏.‏ قَالَ عَبْدُ اللَّهِ بْنُ عُمَرَ كُنْتُ فِيمَنْ رَجَمَهُمَا فَلَقَدْ رَأَيْتُهُ يَقِيهَا مِنَ الْحِجَارَةِ بِنَفْسِهِ ‏.

Abdullah ibn ‘Umar nous informe : On amena devant le Messager d’Allah un juif et une juive qui avaient commis l’adultère. Il se rendit chez les juifs pour demander : « Que trouverez-vous dans la Torah concernant celui qui commis l’adultère ? » Ils répondirent : « Nous leur noircissons le visage, les plaçons dos contre dos sur une monture et les faisons défiler ». Il leur dit : « Apportez la Torah, si vous dites vrai ! » Ils l’apportèrent et en firent la lecture. Parvenu au verset de la lapidation, le jeune qui lisait mit sa main sur le verset en question et lut ce qui était au-dessus et en dessous de sa main. ‘Abdullah ibn Salâm, qui était avec le Messager d’Allah, dit : « Ordonne-lui d’enlever sa main ! » Le lecteur ôta sa main et voilà qu’apparut le verset de la lapidation. Le Messager d’Allah enjoignit, par conséquent, de lapider les deux personnes adultères. Abdullah Ibn ‘Umar déclare : « J’étais de ceux qui les avaient lapidés. Je le vis la protéger de son corps contre les pierres ».xxxiv

On s’aperçoit donc que l’application de cette punition nécessite des conditions strictes et des preuves claires, de plus la shariah encourage la personne qui a commit l’adultère qui vient confesser son crime, à se repentir et garder son péché dans le cercle privé, entre elle et Allah. Par conséquent, une personne qui prétendrait que les musulmans voudraient lapider une femme pour simplement avoir porté du parfumxxxv est d’une ignorance délirante, cela montre tout simplement, à quel point les personnes critiquant la shariah sont ignares de la loi islamique et de ses objectifs. Ils souhaitent par cela, diaboliser l’Islam et les musulmans afin de participer à la propagande de haine et répandre l’instabilité au sein de la société.

    • La peine de l’amputation de la main du voleur

وَالسَّارِقُ وَالسَّارِقَةُ فَاقْطَعُوا أَيْدِيَهُمَا جَزَاءً بِمَا كَسَبَا نَكَالًا مِّنَ اللَّهِ ۗ وَاللَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ

Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage.﴿xxxvi

تُقْطَعُ الْيَدُ فِي رُبُعِ دِينَارٍ فَصَاعِدًا

« La main sera coupée s’il s’agit de la va leur d’un quart de dinar ou davantage.»xxxvii

Le vol est un crime dans la loi islamique, la punition à ce crime est que le voleur doit se faire couper la main au niveau du poignet, puis l’hémorragie est arrêtéexxxviii. Cependant, cette punition n’est pas appliquée à tout types de vols, pour cela, il faut que ces conditions soient réunies :

    1. Le bien volé doit avoir une valeur supérieure au seuil minimum : 1/4 de dinar (pièce d’or), ou équivalent en autre devises (ex : une personne qui vole du pain pour ne pas mourir de faim, ne subira pas cette punition)
    2. Le bien doit être volé depuis sa place d’origine, d’un endroit sûr (ex : une personne qui vole un objet de valeur, oublié dans un lieu public n’aura pas sa main coupée)
    3. Le vol doit être prouvé par l’attestation de deux témoins ou par confession du voleur (deux fois)
    4. Le possesseur du bien doit revendiquer son bien, s’il ne la demande pas, la main du voleur ne sera pas coupée

Il faut donc que toutes ces conditions soient réunies pour que le voleur ait sa main coupée. Je souhaite aussi rappeler que les investigations et les punitions sont dirigées par le système judiciaire dans le gouvernement islamique en place et non par le peuple ou autre calife auto-proclamé; qui ne détient aucune légitimité.

L’Islam accorde une grande importance à la préservation des biens de l’individu, pour qu’une société soit sûre et en sécurité, l’Islam impose une punition stricte afin de dissuader une personne de voler ou à un voleur de récidiver. Le but de la shariah n’étant pas de couper les mains des gens mais de préserver la sécurité et la sûreté des individus et de leurs biens.

Les systèmes d’aujourd’hui avec la surveillance de masse et les peines d’emprisonnement ont totalement échoué à faire diminuer les volsxxxix:


Illustration 6: Vols pour 100 000 habitants, 2006


Illustration 7: Cambriolages pour 100 000 habitants, 2006

On s’aperçoit de façon évidente que les pays occidentaux qui se disent « développés » et ayant à leur dispositions toutes les technologies et tout l’arsenal nécessaire pour sécuriser leur pays, n’arrivent pas à contenir les vols et les cambriolages, mais au contraire, les vols sont même en hausse :


Illustration 8: Tendance des vols de 1996 à 2006

Pour avoir une vue plus globale, voici une carte mondiale avec les taux de vols et cambriolages xl:

Illustration 9: Carte du taux de vols pour 100 000 habitants dans le monde, 2018


Illustration 10: Carte du taux de cambriolages pour 100 000 habitants dans le monde, 2018

Pour connaître l’efficacité de la shariah, on va maintenant faire un petit travail de comparaison avec une carte mondiale des pays musulmans :

llustration 11: Carte des pays musulmans

On s’aperçoit de façon évidente que dans les pays musulmans, le taux de vols et cambriolages est extrêmement faible. De la même manière, on remarque la défaillance des pays « développés » à contrôler les vols et cambriolages.

En effet, le criminel d’aujourd’hui est un professionnel qui est armé jusqu’aux dents, ayant des connaissances scientifiques et qui a la capacité de développer des méthodes au même niveau que les forces de police. Il peut contrer les plans des policiers avec des plans tout aussi ingénieux. La situation est tellement désespérante que le seul remède à ce problème est de donner une punition stricte et dure qui servira de dissuasion efficace contre ces crimes.xli

 

Après analyse, on s’aperçoit donc que la Shariah n’est pas barbare mais est bel et bien la solution adaptée à la nature humaine pour une vie paisible et en sécurité. La Shariah permet l’établissement de la justice et la préservation de la religion d’Allah sur Sa Terre, la préservation de la vie des hommes, de leurs biens, de leur intellect, leur filiation et de leur honneur.

La loi islamique propose une alternative aux systèmes actuels qui sont défaillants dans la limitation des crimes et dans la préservation des valeurs morales et des mœurs et permet d’avoir une société noble, stable et pérenne avec des citoyens qui sont intérieurement et extérieurement bons, bienveillants, altruistes et qui s’efforcent d’être meilleurs de jours en jours.

۞۞۞

 



والله تعالى أعلم

Disponible sur Google Play

 

ii Les finalités des prescriptions islamiques, selon la doctrine des Anciens – Ahmad al-Najjâr
iii A Refutation of Doubts about current issues – Saleh Abdullah bin Humaid
xxi A Refutation of Doubts about current issues – Saleh Abdullah bin Humaid
xxiv Manhaj As Salikîn – Abd ar Rahman As Sa’dî
xxviii Manhaj As Salikîn – Abd ar Rahman As Sa’dî
xxxviii Manhaj As Salikîn – Abd ar Rahman As Sa’dî
xli A Refutation of Doubts about current issues – Saleh Abdullah bin Humaid

admin

Related Posts

[Article 13-2] Islam, entre mythes et réalité : « L’Islam s’est répandu par l’épée »

[Article 13-2] Islam, entre mythes et réalité : « L’Islam s’est répandu par l’épée »

[Article 13] Islam, entre mythes et réalité : Introduction

[Article 13] Islam, entre mythes et réalité : Introduction

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *